Le Pays loudunais, situé au nord à la fois de la Vienne et du Poitou, comprend quatre cantons (Loudun, Les Trois Moutiers, Moncontour et Monts sur Guesnes) et 54 communes.

Un paysage de collines et de plaines

Le pays loudunais se démarque des pays mirebalais et neuvillois, par un relief valonné où les zones de plaines sont plutôt rares. En ce sens, le Loudunais se place dans la continuité de ses voisines septentrionales, la Touraine et l'Anjou, et du Pays châtelleraudais. En fait, dans cette partie du seuil du Poitou, les plateaux calcaires sont traversés par des collines crayeuses dont le modeste point culminant est Monts sur Guesnes à 146 m d'altitude.

Le Seuil du Poitou et le tuffeau

Comment parler du Loudunais sans évoquer le tuffeau ? Cette pierre crayeuse et facile à tailler est une des raisons les plus évidentes de la richesse monumentale de ce pays et en marque profondément le paysage.

Pourtant le tuffeau n'est pas un privilège des lieux puisque cette pierre a façonné les Châteaux de la Loire, depuis Chambord jusqu'à Azay-le-Rideau. De nombreuses carrières ont donné sa réputation au Seuil du Poitou. A l'heure actuelle, il reste une seule carrière de tuffeau encore en activité, dans le Loudunais, à Vayolles (commune de Prinçay, canton de Monts sur Guesnes).

Une région agricole fertile

Le Loudunais n'a jamais été une région très urbanisée. A vocation rurale depuis toujours, aujourd'hui encore c'est une zone essentiellement agricole. Pourtant les productions à la fois riches et diversifiées ont évolué a travers le temps. De nos jours, la production céréalière (blé évidemment mais aussi tournesol, maïs et colza) est toujours très présente mais la vigne qui donnait un vin fort réputé au XVIe siècle a presque disparu sauf dans le nord, près du Saumurois. De même, la production d'huile de noix a presque complètement disparue avec la destruction des noyers, dont les rares spécimens sont aujourd'hui protégés en tant qu'arbres remarquables (cf. association Arbrissel).

Depuis quelques années, la production de melons s'étend sur les terres loudunaises, permettant ainsi le rayonnement de son agriculture, au même titre que la production laitière, bovine comme caprine, et les produits qui en résultent (beurre, fromages, tourteau, etc.).